Paris disparu… La Grande Maxéville

C’était dans le Paris des années trente. Mon père, venant de son Vichy presque natal, posa sa valise en carton sur le trottoir de Pantruche… A un peu plus de vingt ans, les cheveux ondulant sous la gomina et habillé d’un costard de bon faiseur, il huma l’air frais et déjà pollué de la grande ville. La rive droite le tentait. Jeune garçon de café, il essaya plusieurs brasseries parisiennes, puis fila vers une adresse alors fort réputée : 14 boulevard Montmartre.

 

Là, se trouvait l’élégante brasserie de la Grande Maxéville, marque d’une bière très connue à cette époque.

2b2f1.jpg

Pierre se fit embaucher sans problème. Il venait d’en prendre pour 35 ans et ne le savait pas…

Quelques archives familiales vont me permettre d’évoquer l’histoire de cet établissement parisien disparu dans les années soixante-dix. Jugé totalement ringard, il fut démoli pour être remplacé par un cinéma multisalles, très en vogue à l’époque.

Présenté comme le « dernier café concert de Paris », il fut enterré sans tambour ni trompette. Aujourd’hui ne restent que quelques souvenirs : des menus, des cartes postales et des photographies.

maxeville155.jpg

Le « dernier café concert de Paris » avant sa disparition

 

« Vision brève. Les grands boulevards et principalement le boulevard Montmartre ont été de tous temps un des centres de Paris qui exercent le plus d’attirance auprès des Etrangers, des Provinciaux et aussi des Parisiens. C’est en effet l’artère centrale de la capitale. Des commerces nombreux et variés, des cafés, des restaurants, des spectacles se pressent sur le fameux Boulevard. Dès la tombée de la nuit, une à une, les enseignes s’allument, les façades s’illuminent; le Boulevard s’éclaire de mille feux variés. Là, un musée, en face un théâtre, là encore un cinéma… Enfin, les surpassant tous par son éclat :

LA MAXEVILLE

La Maxéville forme, si l’on peut dire, la toile de fond de la rue Vivienne, artère principale du coeur financier de Paris. Dès 11 heures, et durant toute la journée, un service spécial fonctionnera dans un cadre accueillant avec menus à prix fixe et à la carte, permettant de satisfaire les plus difficiles. Dans le courant de la journée, en matinée, un orchestre de premier ordre se fera entendre jusqu’à 18 h 30, permettant aux amateurs, soit de déguster un thé, ou l’apéritif dans un cadre unique.

A la suite, pendant le dîner, l’orchestre reprendra le cours de ses auditions dès 20 heures pour terminer bien après minuit. Tout cela réalisé dans des salles uniques ou l’atmosphère conditionnée donne le maximum de confort à la clientèle; c’est à dire température et humidification maintenues au degré le plus favorable à l’organisme, avec renouvellement constant de l’air et enlèvement permanent des fumées. Le conditionnement d’air et les installations annexes de La Maxéville sont uniques à Paris. demandez à les visiter. »

J’ai extrait ce texte d’une ravissante plaquette illustrée à couverture métallique dorée. Sur le dessus et au dos, figurent les silhouettes de deux lutins :

maxeville145.jpg

Les lutins de la Grande Maxéville

 

Les membres de personnel prétendaient qu’ils représentaient les silhouettes des patrons, les frères Marque, deux « aventuriers commerçants » auvergnats. Naturellement, ils plaisantaient.

 

La grande Maxéville fut fondée en 1901, et sur une photographie prise sur le trottoir en 1932, nous devinons son ancienne devanture :

maxeville154.jpg

C’est l’agence de l’architecte Joachim Richard (1869-1960) qui réalisa les plans de la nouvelle Grande Maxéville. Le gendre de celui-ci, Georges Roehrich dessina un établissement d’un style « Art déco » très pur.

 

Qu’on imagine cette salle couverte des miroirs gravés, sur la hauteur d’un étage – y-compris le plafond ! – et on aura une petite idée de ce que fut cette merveilleuse brasserie. Seules restent aujourd’hui quelques photos :

maxeville137.jpg

La salle vue du balcon

Tout un côté de la salle, à droite en entrant, était couvert d’un immense miroir, qui donnait au client l’illusion d’un lieu deux fois plus grand!

maxeville147.jpg

L’escalier d’honneur : on aperçoit à gauche l’aquarium qui y était intégré!

maxeville140.jpg

Une vue plongeante vers la salle et la scène de l’orchestre

Un puits artésien foré dans les sous-sols et un système de climatisation ad-hoc permettaient de garantir aux clients un air plus frais et plus pur qu’à l’extérieur, luxe inouï pour cette époque!

clim.jpg

Vue du système de climatisation

Des lutins dansaient en ribambelles, sur le store, sur les murs, au plafond! Ils symbolisaient la fête parisienne et la joie de vivre et apportaient une indéniable touche de fantaisie à cet endroit tout en lignes droites…

maxeville141.jpg

Les lutins du store

maxeville149.jpg

Une autre vue de la salle

maxeville139.jpg

La colonne en miroirs gravés de l’escalier d’honneur

maxeville138.jpg

On aperçoit quelques lutins du plafond…

Mon père connut les « Grands boulevards » à une époque encore florissante. Les commerces de luxe s’y étalaient, une activité nocturne permettait au restaurant de faire salle comble très souvent. Les théâtres, dont celui des « Variétés » situé sur le trottoir d’en face, amenaient une part de la clientèle. Dans la journée, on venait siroter un verre en écoutant l’orchestre. De nombreux artistes passèrent en « attraction » à la Maxéville.

Puis, après la seconde guerre mondiale, les habitudes évoluèrent, et la brasserie devint désuète… Quelques petites mémés à toutous, des habitués bien raisonnables ne purent suffire à maintenir l’établissement devenu vieux… et moche!

Il ferma ses portes et le sublime décor du restaurant fut réduit en poussières. Le plafond en miroirs couverts de lutins fut démonté pièce par pièce. Il doit décorer aujourd’hui quelque villa de Californie…

Quelques images :

maxeville146.jpg

La façade vers 1935

maxeville162.jpg

Réveillon du 31 décembre 1938

maxeville164.jpg

Pour rêver un peu…

maxeville156.jpg

Le plus ancien! hélas…

maxeville1572.jpg

Cliquez sur l’image et bon appétit!

maxeville158.jpg

Salut au drapeau! Papa songeur…

Le destin d’un commerce est de laisser la place à un autre plus lucratif. La Maxéville ferma ses portes et laissa plusieurs des membres du personnel sur le pavé. Mon père, pré-retraité, laissa une part de son âme boulevard Montmartre. La brasserie fut bousillée, et des cinémas la remplacèrent… pour un temps.

Le cinéma ferma ses portes à son tour et le « Hard Rock café » s’installa à son emplacement.

Un jour, une petite dame poussa les portes du tout nouveau café, et montra aux membres du personnel, très intrigués, des cartes postales de la « Grande Maxéville ». Ils en furent héberlués : « quoi? Ca? Ici? Pas possible! » Puis la dame repartit avec ses cartes et le souvenir du jeune homme qu’on lui avait présenté ici-même en 1941, un certain Pierre Trouilleux, qu’elle épouserait l’année suivante.

 

maxeville143.jpg

 

 

 

37 commentaires à “Paris disparu… La Grande Maxéville”


1 2 3 4
  1. 0 Delmas 26 déc 2016 à 11:27

    Bonjour,

    Un fort bel hommage à la Grande Maxéville ! Merci.
    Quelqu’un a-t-il connu Monsieur Courpon (années fin 40-50) ?
    Boen cordialement,
    P. Delmas

    Répondre

  2. 1 Roselyne deplaix 1 mai 2017 à 7:02

    J’ai adoré La Maxeville où je venais danser l’après midi quand j’étais jeune. Quel tourbillon de joie ! J’ai 74 ans maintenant et je regrette ce temps. Je suis ravie de lire cet article et de revoir ces lieux qui n’existe plus que dans mon coeur. Bien à vous

    Répondre

  3. 2 MONDET HÉLÈNE 25 mai 2017 à 22:16

    Je découvre cette superbe brasserie dans laquelle mon grand-père Seraphin MONDET né en 1902, a travaillé en tant que plongeur de 1936 à 1943. Envoyé en Allemagne comme travailleur requis, il est décédé à Berlin lors du bombardement en mars 1945.

    Répondre

1 2 3 4

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 3 visiteurs en ligne

Dans le vent :

Moi!

parissecretetinsolite


orianedu34 |
coucoudu74 |
PROVE THAT YOU ARE THE BEST... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peuples Hmong
| Glamorous Shine
| ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...