Bombardements aériens aux Batignolles

Il faut parfois être très attentif pour faire une découverte, souvent fortuite. Quand j’habitais aux Batignolles, les peintures de l’escalier de mon immeuble furent refaites. Dans le couloir, derrière un placard arraché, apparut alors une plaque, dissimulée sous une bonne couche de peinture. Je m’en emparais avant que les peintres ne l’arrachent et la jettent à la poubelle. Sous la couche apparut alors un curieux document dont voici la reproduction. Cliquez dessus pour l’agrandir!

plaque311.jpg

Les détails donnés sur ce document font un peu froid dans le dos. Mes parents habitaient le quartier à cette époque troublée. Ils m’ont raconté plus tard que, lassés par les alertes multiples, ils ne descendaient même plus aux abris. Et nombreux furent les parisiens à se comporter ainsi! Pourtant, les entrepôts des chemins de fer étaient proches et chacun redoutait un bombardement aux Batignolles! Rappelons que le terrible bombardement du quartier de la Chapelle, en avril 1944, fit 642 morts et 2 000 blessés.

17 commentaires à “Bombardements aériens aux Batignolles”


1 2
  1. 0 pierre 4 oct 2011 à 22:32

    J’étais trés jeune mais je me souviens trés bien de ce terrible bonbardement car avec mes parents nous habitions au 65 bd Ney. Le lendemain une morgue provisoire a été installée dans des entrepôts situés juste en face de notre maison.

    Répondre

  2. 1 duter 21 nov 2011 à 19:41

    en avril1944, quartier de la Chapelle, ma tante son mari son bébé (9mois) s’étaient réfugiés dans une cave – ma tante s’est réveillée quelques jours plus tard – elle avait tout perdu : son époux, son enfant et son bras droit – le désespoir total, une tragédie !

    Répondre

  3. 2 Buleh GILA 20 déc 2011 à 22:28

    Merveilleusement et fantastiquement décrits par Louis Ferdinand Céline dans Féérie pour une autre fois, deuxième partie (Normance).
    Lecture pour avertis.

    Répondre

  4. 3 FREMCOURT 29 sept 2012 à 14:23

    Je voudrais connaître le nom du parachutiste martiniquais qui aurait empêché l’ultime bombardement de Paris lors de la dernière guerre mondiale. Merci d’avance.

    Répondre

  5. 4 Claire 25 août 2014 à 9:01

    Bonjour
    Très émouvant ces commentaires’.. j’ai emmené ma mère rue Myrha début août pour un « pèlerinage »…en effet sa mère ( ma grand mère) est decedee sous les bombes alliées alors qu elle aidait sa voisine a préparer ses enfants..quant à mon grand père il était gravement blesse et est decede 4 ans plus tard’…en effet ma mère porte toujours ce deuil qu elle aussi n’a jamais réussi à faire…

    Répondre

  6. 5 haby jean pierre 22 sept 2014 à 11:22

    le 52 Bd ney a étè bombardé aussi et trés longtemps les marques sur les briques de la reconstruction etaient visibles.La moitié des 6 étages en forme de cratère avait disparue.

    Répondre

  7. 6 Vecchies Celine 12 nov 2020 à 23:46

    Mes arrièresgrands parents tenaient la cordonnerie située au 90 rue de La Chapelle, l’immeuble n’a pas été soufflé pendant les bombardements; Je suis a la recherche de personnes qui ont été cachés dans la cave de la cordonnerie par mes arrières grands parents: Salute et Guiseppe Vecchies… si vous avez des informations je suis preneuse ! merci d’avance
    Céline

    Répondre

1 2

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 4 visiteurs en ligne

Dans le vent :

Moi!

parissecretetinsolite


orianedu34 |
coucoudu74 |
PROVE THAT YOU ARE THE BEST... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peuples Hmong
| Glamorous Shine
| ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...