La truie qui file

Le musée Carnavalet conserve dans ses collections une enseigne animalière très amusante : « la truie qui file ». Cette sculpture de pierre figure cet animal tenant une quenouille pendant que ses petits la tètent goulûment. Au XIXe siècle, elle ornait encore le n° 87bis de la rue Saint-Antoine et en fut retirée après l’incendie de l’immeuble en 1868. D’éminents historiens se sont penchés sur l’origine de cette image, et l’un d’eux a trouvé la mention dans le terrier du roi, au début du XVIIIe siècle, d’une enseigne de la « louve qui file » à cet emplacement. Il ne peut faire aucun doute qu’il s’agit d’une erreur d’interprétation. L’enseigne présentée au musée représente bien une truie. On a longtemps cherché la légende parisienne qui serait à l’origine de cette représentation sympathique, en oubliant qu’il en existait plusieurs tant en France qu’en Angleterre depuis le XIVe siècle, qui servaient d’enseignes à des aubergistes, marchands de draps ou tisserands.

 

En réalité, cette image, toute symbolique, est celle de la maternité aimante et travailleuse, et de légende, point n’existe.

truie.jpg

La truie qui file de la rue de la Cossonnerie…

Une autre image provenant de l’angle formé par la rue Pierre-Lescot et celle de la Cossonnerie serait conservée au musée de Cluny. Elle servit à une aimable coutume en usage à l’époque de la mi-carême. Après quelques libations, des jeunes gens désignaient un garçon et une fille et les hissaient sur leurs épaules, puis se rendaient devant l’enseigne. Là, les deux infortunés devaient baiser respectueusement l’image puis, aussitôt, se cracher au visage car seule la truie devait être honorée.
Si des inconscients préféraient s’embrasser la figure, ils étaient aussitôt déculottés et fouettés devant la foule.

truiequifile.jpg
Et sa libre interprétation en gravure…

 

Une autre coutume tout aussi sympathique était observée par le chapitre de Notre-Dame. Sur le parvis de la cathédrale avait lieu chaque année, pour marquer la fin du carême, le marché aux « bacons » mot qui désignait autrefois le porc et que nos amis d’outre-Manche n’ont pas oublié. On profitait de l’occasion pour bénir un jambon et les membres du chapitre participaient à un repas « baconnique » constitué exclusivement de porc.

6 commentaires à “La truie qui file”


  1. 0 Nozegan 17 déc 2009 à 11:29

    Article très intéressant ! Il y a quelques mois, une enseigne de taverne « à la truye qui file », à Dinan (22), m’avait interloqué. Elle est visible ici : http://nordouest.over-blog.com/article-19350214.html

    Répondre

  2. 1 Michel 8 jan 2010 à 8:45

    Point de légendes ? J’ai pourtant retrouvé cela sur internet, mais est-ce bien exact… je ne sais : »La ‘ Truie qui file ‘ garde le souvenir de la légende d’une gentille bergère qui, gardant ses brebis, file sur le bord d’une route, quand un seigneur débauché tente de profiter de son innocence. La jeune fille qui invoque la Vierge se transforme en une truie suffisamment hideuse pour effrayer le libertin entreprenant ».

    Répondre

  3. 2 mercattore 8 jan 2010 à 15:58

    Bonjour,

    Trois liens concernant notre charmante « truie qui file ».

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884454_Malestroittruiequifile.jpg.html

    Malestroit (Morbihan). Maison de la truie qui file.

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884429_LeMANSruetruiequifile.jpg.html

    Le Mans (Sarthe). Rue de la truie qui file.

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884429_LeMANSruetruiequifile.jpg.html

    Sculpture de La truie qui file. Détail de la cathédrale de Chateaudun (Eure-et-Loire)

    Répondre

  4. 3 mercattore 8 jan 2010 à 16:09

    Le troisième lien est un doublon du deuxième.
    Voici le bon :

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884428_CHATEAUDUNTruiequifileCATH.GFpg.jpg.html

    Sculpture de la truie qui file. Détail de la cathédrale de Chateaudun (Eure-et Loir).

    Répondre

  5. 4 mercattore 9 jan 2010 à 22:08

    La libre image de la truie qui file publiée est signalée comme suit par la Bibliothèque nationale :

    Titre : La Truie qui file. [Enseigne au n° 24 de la rue des Poirées] : [dessin]
    Date d’édition : 18..
    Sujet : Enseignes
    Sujet : Zoomorphisme
    Sujet : Cochons — Dans l’art
    Sujet : Paris (France) — Arrondissement (05e)
    Sujet : Paris (France) — Rue Saint-Jacques
    Sujet : La truie qui file (Paris ; restaurant)
    Type : image fixe , dessin

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884511_TRUIEQUIFILE24RUEDESPOIRES.jpg.html
    Bibliothèque nationale.

    C’était donc l’enseigne d’un restaurant du quartier Latin, reproduite d’après la sculpture du quartier des Halles. Cette rue des Poirées a été beaucoup mutilée au cours du temps. Voir à ce propos :

    http://books.google.com/books?id=HYCyL92tBHwC&pg=PA640&lpg=PA640&dq=ancienne+Rue+des+Poirées++Paris&source=bl&ots=G6l7BDeDbV&sig=YSS3tLlT5kNZHX8UjKrFguYRzro&hl=fr&ei=pFRIS9fDGaKJ4gaMs4WCAw&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=2&ved=0CA8Q6AEwAQ#v=onepage&q=ancie
    nne%20Rue%20des%20Poirées%20%20Paris&f=false

    — Poème sur le cabaret de  » La truie qui file « , figurant dans l’ouvrage de Prosper Marius « Ronces et gratte-culs », publié en 1884 :

    ftp://ftp.bnf.fr/562/N5627417_PDF_130_133DM.pdf

    — L’actuel théâtre de chansonniers des  » Deux ânes « , 100 bd de Clichy, a été construit en 1922 sur l’emplacement où se sont succédés d’anciens cabarets comme le  » Cabaret des truands « ,  » l’Araignée « , et  » La Truie qui file  » (ce dernier à partir de 1910) :

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884588_TruiequifilecabaretdesTRUANDS.jpg.htm

    Entrée du  » cabaret des Truands « , 100 bd de Clichy, qui sera également celle du cabaret de la  » Truie qui file « , de  » lAraignée  » etc. Il est vraiment dommage que ce genre d’entrée baroque ai été détruite, comme celle du cabaret de  » l’Enfer  » par exemple.

    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884587_TruiequifileCABARETENFER2.jpg.html :

    Entrée du cabaret de  » l »Enfer « , sur la même avenue que le  » cabaret des Truands « , au n° 53.

     » L’enfer  » et son voisin le  » Ciel  » :
    http://www.photomaniak.com/upload/show.php/884921_TRUIEQUIFILECabaretEnferetCiel.jpg.html

    Répondre

  6. 5 wapler 14 mar 2016 à 21:46

    Il existe une truie qui file au sommet d’un contrefort de l’ancienne abbaye de Grestain (27210)dont on dit qu’il daterait du XIII° Siècle. Il s’agit plus sûrement d’une figure symbolique dont la signification est importante que de l’illustration d’une légende si ancienne qu’elle soit. j’aimerais beaucoup en avoir le véritable sens;

    Répondre

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Dans le vent :

Moi!

parissecretetinsolite


orianedu34 |
coucoudu74 |
PROVE THAT YOU ARE THE BEST... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peuples Hmong
| Glamorous Shine
| ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...