• Accueil
  • > Archives pour janvier 2011

Archives pour janvier 2011

L’enseigne du Boeuf à la mode, n°8 rue de Valois : tout le monde s’en fout!

Il y a des vestiges de notre patrimoine dont tout le monde se moque. Il en est ainsi de la façade du restaurant  « Le boeuf à la mode », n°8 rue de Valois (1er arrondissement) qui n’en finit pas de se ruiner, et cela juste en face du Ministère de la culture!

bm51.jpg

bm111.jpg

L’enseigne dans toute son ampleur. 

Copyright : odon-passion-photo.com

Depuis plusieurs années, les petits chapiteaux en métal appliqués sur la façade de la boutique ont été volés, puis les boiseries se dégradent, sans que personne n’intervienne.

bm12.jpeg

Détail en 2010.

bm.jpg

Le même vers 1900, sans toutes les couches de peinture qui ont empâté son relief.

Récemment, le vilain garage situé à cette adresse, dans la cour, a été remplacé par une salle destinée à l’organisation d’évènements chics. Depuis, l’enseigne du boeuf à la mode, qui subsistait au dessus du portail d’entrée, a disparu. Mais cela n’inquiète personne, plus particulièrement l’architecte des Bâtiments de France chargé de cet immeuble, que j’ai contacté. Notre conversation a duré cinq minutes : cette personne ne connaît pas l’existence de l’enseigne! Un comble!

bm21.jpg

En 1900 (carte postale).

Renseignements pris chez l’occupant actuel de la boutique, il semblerait que l’enseigne, déposée, ait été confiée à un restaurateur. C’est à souhaiter, mais cela ne règlera pas le sort de la façade de la petite boutique qui abrita l’un des premiers restaurants parisiens. C’est bien triste, car nous avons là l’un des tous derniers vestiges des nombreux commerces qui du Palais-Royal.

bm31.jpg

Comme d’habitude, ce genre de « détail » n’intéresse absolument pas les responsables de nos institutions culturelles. Pourtant, l’âme de Paris réside dans ces enseignes, ces plaques de rue, ces boutiques et ils devraient être particulièrement attentifs en assurant leur préservation.

L’enseigne du « Boeuf à la mode » devrait être remplacée par une copie et déposée à Carnavalet pendant qu’il en est encore temps. Mais qui fera cette démarche? Je crois bien que tout le monde s’en fout, sauf votre serviteur!

Le « Boeuf à la mode » fut fondé en 1792 par les Méot, deux frères marseillais. Racheté sous le Directoire par Tissot. L’enseigne du bœuf habillé en « merveilleuse » date de cette époque. Sous la Restauration Tissot continua d’habiller le bœuf « à la mode du jour », en l’habillant d’un châle et chapeau à brides.

bm8.jpg

L’intérieur du Boeuf vers 1830.

ensbm10.jpg

L’enseigne trônant au fond de la salle.

Dans le Petit Dictionnaire critique et anecdotique des Enseignes de Paris, par un batteur de pavé (1826) attribué à Balzac, on lit : « Boeuf à la Mode«  (Au) Restaurateur près le Palais-Royal. Des schalls, un chapeau ornent un boeuf que le restaurateur calambourdiste a cru pouvoir appeler à la mode; d’aucun, trompés par le jeu de mots, ont voulu tâter la cuisine, mais ils ont trouvé qu’il était un peu trop salé »

Un grand merci à Bernard Vassor pour sa collaboration amicale. Au moins une personne qui ne se moque pas des vestiges du vieux Paris!

bm13.jpg

bm41.jpg

Aspect de la façade du restaurant en 1900.

bm11.jpg

Et à l’intérieur.

rr.jpeg

Extrait de la Revue de Paris, 1835

Montmartre en janvier : quelques photographies.

Dimanche dernier, un temps magnifique donnait à Paris de très jolies couleurs. Un moment idéal pour jouer au touriste. Une lumière transparente, sans brume, permettait de faire de lumineuses photographies. En voici quelques-unes. 

Cliquez dessus pour les agrandir!

img5816.jpg

cc.jpg

img5794.jpg

bb.jpg

A Montmartre, le sol bouge : la preuve!

aa1.jpg

img5803.jpg

dd1.jpg

 

 

Rue Drevet : la ruine en plein Montrmartre!

Il faisait beau hier dimanche. Une occasion de faire le touriste à Paris. Et pourquoi pas aller à Montmartre? Même si je connais ses rues par coeur, je n’arrive pas à m’en lasser. Aux abbesses, quelques orchestres donnaient de l’instrument et un clown faisait des figures en ballon… L’air était léger. J’étais devenu touriste. 

aa.jpg

Quand Alice descend la rue Drevet…

Tout a l’air plus facile quand le soleil donne de cette manière…

 A l’angle de la rue des Trois frères, la rue Drevet est une première étape montante vers la place du Tertre. Un escalier un peu raide où les promeneurs descendants croisent les montants.

iii.jpg

Une ruine en plein Montmartre… Pas forcément romantique!

On est un peu surpris de voir la maison à l’angle : elle n’en finit pas de tomber en ruine. Fissurée depuis bien longtemps, elle a brûlé. Vide de ses occupants, elle risque de s’écrouler d’un jour à l’autre. 

Mais pourquoi donc un tel abandon dans un site touristique autant fréquenté?

Là, plutôt qu’une page de propagande pour les soldes ou la dernière expo branchouille de l’Hôtel de Ville, on aimerait trouver quelques explications sur ce désastre, émanant de la Mairie de Paris, qui détient forcément des informations… 

dd.jpg

Vue rapprochée de l’éclopée.

On pourrait espérer un peu plus d’attention pour le patrimoine de Montmartre, constitué assez souvent de petits immeubles mal fagotés, donc fragiles, construits de plus sur un sol des plus instables.

Mais il paraît que le Maire de Paris ne s’intéresse pas vraiment au patrimoine. Il a pourtant été élu dans le 18e…

gg.jpg

Vue plongeante.

Rue Tholozé, un immeuble dangereux a été détruit récemment. Qui sera l’heureux promoteur chargé de remplir cette dent creuse? 

Rue Drevet, les passants s’interrogent : mais pourquoi donc une telle ruine en plein Paris?

ff.jpg

Un taggeur inspiré par la ruine…

dr.jpeg


Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Dans le vent :

Moi!

parissecretetinsolite


orianedu34 |
coucoudu74 |
PROVE THAT YOU ARE THE BEST... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peuples Hmong
| Glamorous Shine
| ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...