Paris macabre dans « Royaliste » du 26 novembre 2012

Paris macabre dans

La courte préface d’Anna Gavalda vous met immédiatement dans l’ambiance. Elle a bien raison de nom­mer l’auteur un drôle de citoyen. C’est vrai qu’il ne va pas de soi de prendre pour sujet d’un itinéraire dans Paris, les caractéristiques et les his­toires les moins glamour. Voilà un auteur auquel on aura bien du mal à reprocher son penchant pour la bluette.

Dans la première partie de ce livre, clair et bien documenté, ce macabre-tour de la capitale vous mènera dans les endroits les plus diffi­ciles du vieux Paris. Bien entendu, de la majorité de ces endroits il ne reste rien. On aura du mal à s’imaginer le Gibet de Montfaucon dans les immeubles proprets de la rue de La-Grange-aux-Belles dans le Xe arrondissement. Voilà un endroit qui servit de lieu d’exécution et de pourrissoir durant des siècles et qui vit se développer les trafics les plus divers, les plus imaginatifs et pour tout dire, les plus abjects. Voyez l’intéressant chapitre sur le Cimetière des Innocents qui occupait l’emplacement actuel de la Fontaine des Inno­cents aux Halles.

paris-macabre-paris-macabre-905x1024-265x300

Au fil des rues et des époques, tout ce que notre ca­pitale a connu de crimes les plus bizarres, d’assassins les plus singuliers nous est conté avec force détails, beaucoup d’humour, sans jamais tomber bêtement dans l’esthétisme du crime. L’imagination est sans borne en la matière et les ro­manciers les plus imaginatifs n’auraient pu mieux faire. Voilà, notamment, pourquoi l’Histoire sera toujours su­périeure au roman.

La seconde partie est un peu plus classique mais toujours d’excellente facture. Il s’agit là, toujours avec le même principe d’itinéraire, de nous conter les histoires d’esprits et de fantômes qui sont légion dans notre belle ville. En fait, ce sujet a depuis longtemps déjà été abondamment traité mais Rodolphe Trouilleux trouve le moyen de renouveler le genre et de passionner tous ceux que ce type de narration peut intéresser. Pour les autres, je leur recommande d’y jeter un œil. Les événements qu’on y rencontre vont de l’étonnant au passionnant, sans jamais être le moins du monde ennuyeux, ça les changera, qui sait agréablement, de la visite de base pour touristes.

Pascal BEAUCHER

0 commentaire à “Paris macabre dans « Royaliste » du 26 novembre 2012”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

Dans le vent :

Moi!

parissecretetinsolite


orianedu34 |
coucoudu74 |
PROVE THAT YOU ARE THE BEST... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Peuples Hmong
| Glamorous Shine
| ECOLE NORMALE DE FILLES D'O...